Pour les jeunes femmes développeuses, les entretiens de stage peuvent être toxiques ?

Entreprise
·
March 2, 2023
·
Essia Ben kheder
Pour les jeunes femmes développeuses, les entretiens de stage peuvent être toxiques ?
Une étude menée par Girls Who Code, une organisation à but non lucratif, révèle que plus de la moitié des femmes ingénieures ont connu des expériences négatives lorsqu'elles postulaient pour des stages en ingénierie ou qu'elles interagissaient avec des représentants de l'industrie technologique.

En 2018, Mei'Lani Eyre, 18 ans,  étudiante en informatique au Cascadia College de l'État de Washington, passait un entretien téléphonique avec une entreprise Tech financée par Y Combinator, lorsque le recruteur lui a ordonné brusquement d'arrêter de parler et de se concentrer sur le développement. "Mais avec ce genre de ton dans sa voix, on entend quand ils s'énervent" dit Eyre.

Les entretiens pour les stages en ingénierie peuvent être un processus exigeant - avec de nombreux obstacles similaires à ceux d'une demande d'emploi en CDI.

La première étape est souvent un entretien visio où les candidats sont invités à démontrer leurs compétences techniques en utilisant des outils tels que CoderPad, qui permet aux recruteurs de voir ce qu'ils tapent en temps réel. Ensuite, les candidats sont généralement soumis à une série d'entretiens en personne, au cours desquels ils doivent souvent écrire du code sur un tableau blanc, parfois devant plusieurs personnes.

Eyre avait travaillé comme stagiaire en informatique chez code.org et Microsoft. Elle savait que les recruteurs devaient challenger le candidat. Au cours de l'entretien téléphonique tendu, Eyre a répondu correctement à la question et a finalement décroché le stage, mais elle a refusé.

Eyre est l'une des plus de 1 000 jeunes femmes de niveau universitaire ou plus, provenant de 300 écoles à travers les Etat-Unis, qui ont participé à une récente enquête sur les défis auxquels les femmes ingénieurs sont confrontées lorsqu'elles postulent pour des stages Tech.

L'étude a été menée à l'automne dernier par Girls Who Code, une organisation à but non lucratif qui éduque et soutient les filles qui étudient l'informatique. Elle compte plus de 30 000 anciennes étudiantes. L'analyse s’est limitée aux jeunes femmes du réseau Girls Who Code qui étudient ou ont étudié l'informatique ou des domaines connexes.

Les résultats révèlent que de nombreuses jeunes femmes sur lesquelles l'industrie technologique compte pour diversifier sa main-d'œuvre très masculine, sont rebutées par leurs premiers contacts avec les entreprises technologiques.

Plus de la moitié des répondantes ont déclaré avoir vécu une expérience négative lorsqu'elles postulaient pour des stages dans la Tech ou connaissaient une autre femme qui avait vécu une expérience négative, comme avoir été soumises à des questions d'entretien biaisées par rapport au genre et à des remarques inappropriées, ou avoir constaté un manque évident de diversité lorsqu'elles interagissaient avec des représentants.

Bien que l'enquête n'ait pas explicitement demandé de répondre sur le harcèlement sexuel et la discrimination, les répondantes ont soulevé ces deux problèmes dans des réponses écrites à la fin de l'enquête. Elles ont décrit des cas où un recruteur masculin leur a fait des avances pendant l'entretien, envoyé une photo non sollicitée de lui-même, leur a demandé si elles avaient un partenaire, ou a fait des remarques sexuelles en leur présence. Les répondantes ont également signalé avoir été ignorées ou dénigrées en raison de leur sexe. Une répondante a été interrogée sur la raison pour laquelle elle voulait travailler dans le secteur technologique en tant que femme ; dans un autre cas, un recruteur masculin a ri lorsque la candidate a déclaré qu'elle se voyait devenir ingénieur logiciel dans cinq ans.

Le comportement inapproprié décrit est alarmant compte tenu du fait que l'âge moyen des répondantes était de 19 ans et qu'il s'agissait principalement d'interactions avec des hommes adultes qui ont un certain contrôle sur leur accès aux opportunités.

« La technologie a résolu certains des plus grands défis du monde, mais elle n'a pas résolu le problème le plus proche de chez nous : une culture de travail toxique et sexiste », déclare la fondatrice de Girls Who Code, Reshma Saujani. « Cela commence avant même que les femmes ne franchissent la porte, alors qu'elles sont encore des adolescentes à l'université et qu'elles postulent pour leur tout premier emploi. Personne ne devrait appeler cela un 'problème de pipeline ».

Un "problème de pipeline" est le cadre que beaucoup de gens dans la Silicon Valley utilisent pour expliquer le manque de diversité dans la main-d'œuvre Tech. Les dirigeants affirment qu'il n'y a tout simplement pas assez de femmes, de personnes noires ou hispaniques diplômées et qualifiées en informatique dans le pipeline. Selon cette logique, plutôt que le résultat d'un biais de genre institutionnalisé ou d'une culture permissive autour du harcèlement sexuel, ce qui peut expliquer pourquoi les employeurs redirigent parfois les débats sur la diversité vers cette première phase du pipeline.

Par exemple, en 2017, six mois après que Susan Fowler, une ancienne ingénieure d'Uber, ait écrit un article de blog exposant la culture toxique de harcèlement de l'entreprise, Uber a tenté de nettoyer son image avec un don de 125 000 dollars à Black Girls Code, une organisation à but non lucratif qui aide les filles de 7 à 17 ans. La fondatrice Kimberly Bryant a rejeté la donation d'Uber parce qu'elle semblait plus "orientée vers les relations publiques que vers un véritable changement", a-t-elle déclaré à l'époque.

Et en 2014, lorsque Google a publié pour la première fois un rapport sur la démographie de sa main-d'œuvre, Google a été prudent pour noter qu'il avait fait des dons de plus de 40 millions de dollars à des organisations promouvant l'éducation en informatique.

Les rapports des anciennes de Girls Who Code sur des comportements hostiles dès le début de leur carrière, lors de l'entretien de stage, suggèrent que le début du pipeline souffre des mêmes problèmes systémiques.

54% des répondantes ont déclaré avoir rencontré un manque de diversité notable dans l'entreprise, 25 % ont déclaré que le processus d'entretien se concentrait sur leurs attributs personnels plutôt que sur leurs compétences techniques, 21 % ont déclaré avoir été posé des questions qu'elles considéraient comme biaisées ou que l'interviewer avait fait des remarques verbales inappropriées, et 16 % ont signalé des exercices techniques biaisés.

"De notre point de vue, les filles sont exclues de stage Tech précieux en raison de pratiques d'embauche biaisées - et, de plus, sont découragées d'entrer dans le domaine - où elles sont déjà une minorité", déclare Saujani.

Les résultats de l'enquête de Girls Who Code aident à expliquer la disparité persistante entre les sexes dans la Silicon Valley et soulèvent des questions sur la réforme de l'industrie. Dans ses rapports démographiques les plus récents, les effectifs techniques de Google, Apple et Facebook sont chacun à 77 % masculins, tandis que celui de Microsoft est à 80 %. Amazon ne partage pas ces données.

Lors d'entretiens avec WIRED, quatre anciennes étudiantes en informatique de Girls Who Code et une diplômée récente ont décrit des expériences de stage positives comprenant des environnements de travail favorables et un mentorat de la part de cadres d'entreprises Tech, mais elles ont également été confrontées à des messages persistants selon lesquels elles ne faisaient pas partie de l'univers de la programmation et n'étaient pas aussi adaptées que les hommes. Dans certains cas, les jeunes femmes ont déclaré que le processus de candidature au stage reflétait les défis de l'étude de l'informatique au lycée et à l'université, où elles ont rencontré des mèmes sexistes dans des groupes Facebook, des professeurs qui ont crédité leur code à des étudiants masculins et le sentiment qu'elles étaient déjà en retard par rapport à leurs pairs masculins parce qu'elles n'ont commencé à apprendre à coder qu'au lycée. Les jeunes femmes qui ont parlé à WIRED ont déclaré que des réseaux de pairs féminines et des événements comme Grace Hopper, une conférence annuelle pour les femmes dans l'informatique, les ont soutenues dans des moments d'isolement et de doute de soi.

Bien que l'enquête Girls Who Code se soit concentrée sur le processus de candidature, le stage en lui-même peut être tout aussi compliqué. Lors d'un stage d'ingénieur chez Adobe à New York en 2016, Diana Navarro, alors en troisième année d'études en informatique à l'Université Rutgers, s'est vue assigner un mentor masculin pour guider son travail. C'était le quatrième stage en ingénierie de Diana, après avoir passé l'été précédant en tant que stagiaire en informatique chez Gilt Groupe et les deux étés suivants en tant que stagiaire en ingénierie chez Qualcomm. Chez Adobe, cependant, le mentor qui a été assigné semblait mal à l'aise en sa présence.

"Je vais être très franc. J'ai l'impression qu'il regardait mes seins quand il devait m'expliquer quelque chose" s’explique la jeune femme. "Si vous regardez les seins d'une fille pendant une seconde, ça a l'impression de durer trois ans pour moi."

Diana en a parlé à une amie, mais n'a rien signalé à Adobe ou rien dit au mentor. Pourtant, il a cessé de répondre à ses messages de travail sur Slack, a arrêté de programmer des réunions en tête-à-tête et l'a finalement ignorée, dit-elle. Madame Navarro savait que ses actions étaient inappropriées, mais le stage ne durait que six semaines et elle voulait terminer la fonctionnalité du produit qui lui avait été assignée en utilisant JavaScript, alors elle a cherché des mentors informels.

"J'avais vraiment peur de parler de mon expérience chez Adobe, mais j'ai réalisé que plus je parlais, moins les gens étaient susceptibles de la balayer d'un revers de la main la prochaine fois que cela arriverait", dit-elle.

Dans une déclaration à WIRED, un porte-parole d'Adobe a déclaré: "Nous ne tolérons pas le sexisme ou le harcèlement sous quelque forme que ce soit et nous prenons très au sérieux notre responsabilité de créer un environnement de travail inclusif et sûr pour tous. Tout commentaire ou avance physique non désirés envers les collègues, les clients ou les partenaires commerciaux est inacceptable et nous examinons rapidement toutes les préoccupations signalées concernant le harcèlement."

Ces dernières années, les entreprises Tech ont essayé de rendre les stages accueillants pour les femmes, déclare Greg Morrisett, ancien doyen de la faculté de sciences informatiques et de l'information de Cornell, qui a récemment été nommé doyen et vice-provost à Cornell Tech. "Dans les grandes entreprises technologiques, les stages sont des expériences assez organisées", dit-il. Mais les entreprises doivent rattraper leur retard par rapport à l'université en ce qui concerne la mise en place de forces de travail plus égalitaires. Morrisett dit que des écoles comme Cornell, Carnegie Mellon et le MIT ont amélioré leur ratio hommes-femmes en partageant les meilleures pratiques avec des organisations comme Anita Borg, qui organise la conférence Grace Hopper, ou le National Center for Women & Information Technology.

Les étudiantes universitaires qui ont parlé à WIRED étaient conscientes de la réputation de l'industrie. Dans certains cas, elles avaient lu le livre d'Emily Chang, Brotopia, sur les clubs de garçons de la Silicon Valley, ou entendu parler du soutien au Google memo, une diatribe qui est devenue virale en 2017, affirmant que les femmes sont moins prédisposées aux carrières technologiques. Ces histoires n'ont pas changé leur détermination à devenir des ingénieures professionnelles, mais elles les ont rendues conscientes des signaux d'alarme dans les offres d'emploi ou les entretiens d'embauche qui suggéraient un environnement de travail hostile aux femmes.

"Je vais être diplômée en 2022. Je vais devoir trouver un travail. Et si je suis comme Susan Fowler, cette femme qui est allée chez Uber et dont le manager faisait des commentaires désobligeants?" dit Devika Chipalkatti, une étudiante montante de deuxième année à Scripps College à Claremont, en Californie. "À qui pourrais-je le dire? Et si les ressources humaines ne me croyaient pas?"

L'industrie Tech a commencé son effort hautement médiatisé pour diversifier ses rangs à peu près au moment où la plupart des jeunes femmes ont commencé à poursuivre des études en informatique. Mais dans un retournement de situation prévisible, les jeunes femmes ont déclaré qu'il était courant que des camarades de classe ou même des adultes bien intentionnés sapent leurs réalisations en disant que la barre avait été abaissée pour les femmes et qu'il était plus facile pour les filles de trouver des opportunités d'emploi.

Chipalkatti a vécu l'expérience inverse. En tant que seule fille dans sa classe de structures de données qui suivait la science informatique AP, elle a été exclue des réseaux où d'autres étudiants partageaient des informations pouvant l'aider dans sa carrière. Chipalkatti, par exemple, ne savait pas que Microsoft avait un stage pour les lycéens jusqu'à ce qu'elle regarde par-dessus l'épaule d'un camarade de classe qui demandait une recommandation à l'enseignant. À l'époque, elle n'a pas réussi à convaincre les autres étudiants de travailler avec elle sur des projets scolaires à moins qu'elle ne télécharge Discord, une plateforme de chat texte et vocal populaire auprès des joueurs. "Ils ont tous Discord parce qu'ils jouent tous ensemble, vont tous à des fêtes ensemble et postulent tous à l'université de Washington ensemble", dit-elle.

Quant à Eyre, la start-up soutenue par Y Combinator n'était pas sa seule offre. Au lieu de cela, elle a accepté un stage chez GitHub à San Francisco, où elle a été impressionnée par les groupes de ressources humaines actifs pour les employés, notamment les organisations pour les employés noirs et LGBTQ+ et les employés non binaires, qui ont organisé des événements pour la fierté et Juneteenth. "Ce sont les employés eux-mêmes qui prennent des mesures pour s'assurer que leur lieu de travail est confortable pour eux", dit-elle. "Et j'apprécie vraiment cela."

En France, les femmes sont également sous-représentées dans le secteur technologique, ce qui est souvent attribué à une culture masculine dominante et à des stéréotypes de genre persistants. Selon une étude de 2020 réalisée par l'association France Digitale, seuls 10 % des entrepreneurs en France sont des femmes, et elles ne représentent que 30 % des effectifs des entreprises du numérique.

Les femmes sont également confrontées à des discriminations et des comportements sexistes dans l'industrie technologique française. Selon une enquête menée par le collectif Sista en 2018, 60 % des femmes travaillant dans les startups en France ont été confrontées à des comportements sexistes, tels que des blagues sexistes ou des commentaires dégradants. En outre, seulement 30 % des femmes dans le secteur de la technologie en France se sentent bien accueillies et intégrées dans leur entreprise, selon une étude de 2019 de l'association Femmes du Numérique.

Cependant, il y a des initiatives visant à encourager la participation des femmes dans la tech en France. Par exemple, l'association Femmes du Numérique travaille à la promotion de la diversité et de l'inclusion dans l'industrie technologique et propose des programmes pour soutenir les femmes dans leur carrière. Des événements tels que le "Women in Tech Day" et des programmes de mentorat pour les femmes entrepreneures sont également organisés pour encourager la participation des femmes dans l'industrie technologique française.

Trouvez votre prochaine mission en freelance dès maintenant

Ne passez pas à côté de nouvelles opportunités en freelance
Découvrez nos missions